Traversée Orientale des Aiguilles de l'Argentière

Nous avions déjà traversé la partie Occidentale de ces Aiguilles, dans un sens O-E jusqu’au Col Dulong-De Rosnay en 2017, à l’occasion d’une belle sortie de Juin.

Cette fois, c’est la partie restante – la traversée Orientale, dans le sens inverse, aboutissant donc également au même Col. Et c’est encore en Juin. Et il fait chaud comme il y a 3 ans.

Heureusement pour nous, il reste pas mal de neige à l’approche comme à la descente. Après avoir bien transpiré dans la montée au Col de la Combe, nous attaquons par une belle pente de neige redressée, donnant accès à l’arête.

IMG_0941

DSC09387

DSC09393

DSC09394

Et de là, le premier sommet : Aiguille Joseph Gaillard.

DSC09397

DSC09401

DSC09407

La traverse se poursuit, entrecoupée de rappels, vers l’Aiguille d’Olle, sommet principal.

IMG_0946

DSC09420

DSC09425

Enfin, la dernière partie nous fait remonter la belle arête de l’Aiguille Saint-Phalle, alors que la brume monte et que l’orage se gonfle un peu plus loin.

DSC09428

DSC09429

IMG_0954

IMG_0955

DSC09434

DSC09435

IMG_0966

Prenant pied au Col Dulong-De Rosnay, le glacier de l’Argentière est juste là. Et il est bien fermé, et bien enneigé.

IMG_0967

DSC09470

IMG_0974

On ne dirait pas en regardant de ce côté, mais l’orage arrive juste derrière.

DSC09491

Et il éclatera juste au moment où nous atteindrons la voiture.

IMG_0975

Encore un beau parcours typique de Belledonne.

Pointe de Labby

Il y avait longtemps qu’on n’avait pas fait de montagne avec Rémy ! Malheureusement, Marie ne pourra pas être des nôtres, nous ne serons que 3 avec Emmanuelle.

Le beau temps étant enfin plus ou moins revenu après une quinzaine de Juin particulièrement pourrie (déconfinement oblige), nous optons pour la Vanoise et la Pointe de Labby. Arête du Soleil ou pas, nous verrons sur place. Il reste encore énormément de neige sur la montagne à partir de 3000m, un enneigement typique du mois de Mai – nous sommes pourtant bien avancés dans le mois Juin.

Montée au Refuge de la Dent Parrachée vite avalée depuis le Plan d’Amont, nous arrivons dans ce nouveau bâtiment tout récemment rénové – super agréable, avec des gens particulièrement sympas, dont une petite équipe de jeunes des équipes de France de ski-alpinisme, trail et ski alpin.

IMG_0925

IMG_0929

Quelques discussions avec d’autres grimpeurs nous apprennent que le sommet de la Pointe leur a été inaccessible aujourd’hui, trop de neige, le mixte était trop engagé pour eux.

Le départ est matinal, avec un réveil à 3h30 pour une montée vers le Col de Labby. La neige est vite là, et nous chaussons les crampons sur une neige bien durcie. Le vent est déjà assez fort, et il fait très froid.

DSC07868

P1140384

DSC07880

P1140386

Arrivés au Col après les dernières pentes soutenues, c’est carrément la baston avec des rafales à 70km/h de secteur Nord, autant dire que la température chute encore d’un cran.

P1140390

DSC07886

Il y a définitivement trop de vent pour tenter les arêtes du Soleil. Les prétendants à la Dent Parrachée font demi-tour juste en face, où nous voyons les volutes monter de la crête.

P1140392

DSC07888

Nous nous dirigeons vers le couloir à l’aplomb du sommet, bien enneigé il nous permettra une progression rapide et sûre. Nous arrivons alors en même temps qu’une équipe du CAF, et tout le monde se met à regarder la dernière longueur, un bon 50m de mixte très enneigé assez raide qui donne accès au sommet. Tout le monde pinaille, temporise et se regarde pour savoir qui va le tenter… On laisse Emmanuelle ici (elle n’est guère tentée par cette portion de l’ascension !), on se ré-encorde avec Rémy et feu, on grille tout le monde!

DSC07894

Il y aura bien quelques pas un peu retords, sur des plaques de neige un peu posées sur les rochers, mais rien de dramatique. Sommet quelques minutes plus tard, après une fin d’ascension un peu pimentée – ce qui est quand même bien agréable.

P1140391

La descente sera sans histoire mais avec toujours autant de vent glacial.

P1140400

Arrêt omelette au refuge (c’est traditionnel avec Rémy), puis descente encore dans les rafales.

Mazette, que ça fait du bien!

Déconfinement

Ayant retrouvé la liberté depuis le 11 Mai, nous sommes instantanément passés à la dernière phase du déconfinement (celle qui consiste à vivre comme avant!), avec de belles sorties en vélo, plusieurs week-ends de montagne et quelques belles randos.

Cette période de privation des libertés fondamentales (dont celle d’aller et venir dans l’espace public) est enfin terminée. Etre contraints de rester à la maison a eu de bons côtés – je n’ai jamais autant couru, même dans les saisons les plus intenses, ni autant fait de musique - mais franchement, cette attestation grotesque me sortait par les yeux.

Il y aurait beaucoup à dire sur la gestion de cette crise, les décisions, les orientations stratégiques, le protocole de l’Education Nationale, les préfets, les mairies, les profs… Finalement, nous parents en télétravail, avons clairement eu l’impression d’être les dindons de la farce, à faire l’école, la cantine, le périscolaire en plus de notre boulot dans des conditions déjà dégradées. On a tout fait, tout assumé. Alors quand les mairies nous expliquent qu’elles ne peuvent pas rouvrir les écoles ou les locaux associatifs parce que c’est « trop compliqué », ça passe un peu mal. Le principe de précaution est devenu presque une religion, qui évite d’avoir à penser, à comprendre. Son exact contraire est la connaissance, la science, la compréhension. Mais ça demande un peu plus d’engagement et de moyens que de simplement prendre les décisions à l’aveugle – au cas où.

Heureusement, il a fait beau, on a retrouvé le droit de sortir en toute légalité, et on ne s’est pas privés. Les premiers jours de cette nouvelle phase ont été bien pluvieux, rendant la situation remarquablement ironique, après 2 mois de confinement au soleil. Qu’importe, entre Vercors, Chartreuse et Ecrins, nous avons bien profité.

P1140321

P1140269

IMG_0764

P1140277

P1140348

P1140358

Souvenir de 2018

C’était il y a 2 ans, tout était très différent. Une des expériences les plus marquantes de ma vie. Olympic National Park

RAS

Rien à Signaler.

La quarantaine se poursuit, enfants à l'école à la maison, télétravail, cantine scolaire, musique, course à pieds locale, whatsappéros. Le soleil est présent depuis 1 bon mois, et les températures sont très largement au-dessus des normales de saison. Mais y'a-t-il encore seulement des normales de saison?

La "deuxième vague" que tout le monde craint et qui nous percutera de plein fouet ne sera pas due à un virus, mais bien celle du changement climatique, et le bilan humain mondial sera d'une toute autre ampleur. Les sols sont déjà en déficit hydrique à mi-avril, et il n'a pas plu depuis plus de 30 jours. La végétation est en avance d'un bon mois.

En attendant cette fin du monde-là, on s'occupe comme on peut à la maison: bivouac dans le jardin, œnologie, musique.

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Mon bureau, avec vue sur la partie Nord des Ecrins.

Sans titre

page 1 sur 70 suivante »