Eté 2020 (1/2)

Cet été 2020, comme l’année dernière, nous partons en itinérance en van. En France cette fois, crise sanitaire oblige. Mais pas grave, c’est un pays magnifique et varié.

Notre première étape nous amène dans la Vallée de Chaudefour, dans le massif du Sancy. Après la route et une pause baignade au lac Chambon, les petits ne sont pas très motivés pour sortir et veulent profiter du bivouac. Moi je veux profiter du Sancy !

IMG_1161

IMG_1159

IMG_1163

IMG_1160



Vulcania : parc à thème sur les sciences naturelles en général et le volcanisme en particulier. Très chouette journée, avec une météo parfaite. Le parc est en pleine nature, l’environnement est vraiment sympa.

IMG_1169

IMG_1166

Bivouac au Lac de Servières, malheureusement récemment classé comme réserve d’eau potable pour la vallée et donc interdit à la baignade. Mais quel décor !

P1140474

IMG_1177

IMG_1174

Nous faisons ensuite route vers la vallée de la Dordogne, avec Rocamadour comme première étape (un peu de vieilles pierres pour équilibrer).

P1140476

P1140478

IMG_1180

Etape canoë sur la Dordogne, à la pagaie de Gluges à Pinsac – soit une bonne journée sur l’eau, avec baignades, rapides, et arrêts sur îles désertes.

P1140485

P1140487

IMG_1190

IMG_1195



Route vers les Landes, que nous ne connaissions pas. Parfait équilibre de plages / océan / surf / forêts…

IMG_1197

IMG_1198

P1140516

P1140514



Nous restons quelques jours sur place, on n’a plus envie de partir !

Descente de la côte vers le Pays Basque et la grande maison familiale de Clo et Dominique à Ahetze– naturellement remplie de quelques enfants à cette saison…

IMG_1204

IMG_1200

IMG_1201

P1140525

Quelques jours plus tard nous partons vers les Pyrénées, et le Cirque de Gavarnie, et une belle rando dans le Cirque adjacent à celui de Gavarnie, le Cirque d’Estaubé. Un Parc National de plus à notre collection. Le torrent est trop attirant pour ne pas s’y baigner !

P1140529

IMG_1215

P1140532



IMG_1217

P1140543

IMG_1218

P1140548

IMG_1224

IMG_1227



Vers Ax-les-Thermes et dans la Vallée d’Orlu, nous faisons un arrêt à la Maison des Loups, parc animalier éducatif sur l’animal. L’occasion d’observer ces loups de très près.

P1140555

Route vers l’Est et Font Romeu, avec un bivouac 5 étoiles (malheureusement avec un bel orage en soirée) dans la vallée de Porté-Puymorens. La Cerdagne est une région incroyable, et le potentiel de ski de rando semble infini. Il va définitivement falloir y revenir !

IMG_1238

IMG_1241

Rando dans la zone naturelle classée des Bouillouses. Un petit air de Yosemite ou de High Sierra dans ces grandes forêts, lacs alpins et blocs granitiques…

La zone étant protégée, la baignade est interdite, et c’est bien dommage car il fait chaud!

P1140557

IMG_1246

P1140564

IMG_1249

IMG_1252

P1140576

IMG_1258

P1140579

P1140583



Route à nouveau vers l’Est, pour un dernier stop sur la Méditerranée à Gruissan, avant de faire un coucou aux cousins de la Réunion en vacances à Ventabren.

P1140596

IMG_1267

P1140586



DWDI1863

Mont Blanc

Un plan un peu improvisé – nous avons simplement évoqué la possibilité le dimanche précédent, et réservé le refuge en début de semaine – qui se déroule parfaitement ! Ce fut une première au sommet du Mont Blanc pour Yoann, Patrick et moi. Et c’est donc avec Olivier tous les 4 que nous avons pris le chemin du toit de l’Europe, un marqueur indéniable dans une carrière de montagnard.

Nous choisissons l’itinéraire des 3 Mont Blancs, permettant d’agrémenter le parcours d’une belle logique de traversée orographique.

IMG_0714

Le départ se fait de l’Aiguille du Midi, d’où nous descendons vers le Refuge des Cosmiques après avoir profité un peu de la vue depuis les terrasses. En capacité réduite pour cause de Covid, nous passons une sympathique soirée dans ce refuge tout confort aux tarifs très… chamoniards.

DSC09515

P1140403

DSC09502

DSC09531

DSC09540

P1140407

IMG_0734

IMG_0735

IMG_0746



Nous choisissons le déjeuner à 3h (1h était l’autre option), tout confiants de notre rythme du lendemain et sans se soucier un instant de l’heure du dernier train depuis le Nid d’Aigle.

Le départ se fait à 4h, et tout le monde semble en bonne forme pour aller jusqu’au bout, malgré les quelques frayeurs de Yo durant la nuit et au petit dej.

IMG_0759

IMG_0758

IMG_0762

Nous remontons le Mont Blanc du Tacul par sa face Nord, et franchissons la barre des 4000m juste sous l’épaule, alors que les lumières du jour commencent à arriver. Nous laissons le sommet à main gauche, 150m plus haut.

IMG_0771

IMG_0775

P1140425

DSC09572

Une légère redescente nous amène au Col Maudit, 4029m, et nous ressentons pleinement l’éloignement à partir de ce point : nous sommes au cœur même du massif, de plus en plus loin de la civilisation. Partout autour de nous, du blanc, du rocher, du ciel bleu.

Le passage du Mont Maudit est un peu particulier depuis quelques années. Alors qu’en 2017 (à notre sortie au Mont Blanc du Tacul) la trace progressait tranquillement en ascendance vers la droite et le Col du Mont Maudit, aujourd’hui une barre de séracs interdit ce cheminement. Il faut donc remonter un couloir raide un peu mixte tout à gauche de la face, aboutir au-dessus de cette barre de séracs et traverser ensuite à flanc jusqu’au Col, après avoir traversé toute la face.

P1140429

Le dit-couloir est directement au-dessus de la rimaye, qui ne pose pas de problèmes. La pente se redresse franchement, et la glace n’est pas très loin. Le passage laissera quelques sueurs froides à Olivier. Patrick et moi l’avons vécu plus sereinement…

DSC09582

DSC09584

P1140433

P1140434

Il y a pas mal de neige dans la traversée, et nous faisons les dahus à flanc de montagne jusqu’au Col du Mont Maudit. A partir de là, le retour ne serait pas simple. Descendre dans ce couloir n’est pas une option facile, la sortie passe donc par le sommet.

DSC09592

P1140437

DSC09599

IMG_0796

Nous sommes galvanisés par ce beau passage. Une longue traversée plus loin, nous arrivons au Col de la Brenva, en plein vent. Le sommet est en vue, mais il reste de la longueur et un peu de hauteur à prendre avant d’y arriver.

P1140441

DSC09607

P1140446

Nous franchissons le Mur de la Côte, jusqu’à la cote 4500m, ultime passage redressé avant le sommet et ses pentes moins soutenues. Nous tirons tous un peu la langue sous les effets de l’altitude. Je fais passer Patrick en tête de notre cordée, il m’aidera à tenir le rythme pour les 300 derniers mètres. Il nous faudra 1h pour y arriver, notre rythme ayant pris une belle claque.

DSC09613

P1140451

Le sommet étant ni plus ni moins qu’une grosse bosse, on ne voit le bout que quand on est exactement dessus. Et nous y voilà, 4808m aux derniers relevés.

DSC09621

IMG_0804

P1140459

La vue est saisissante, nous surplombons tout, et de loin. Nous restons un moment au sommet, dans l’émotion de cette réussite commune.

Notre descente se fera par la voie normale de montée, où nous croiserons encore des cordées montantes, dont pas mal de guides tirant littéralement leurs clients sur l’arête des bosses. Le Mont Blanc est aussi cette industrie, où les guides tractent des gens qui n’ont jamais fait de montagne avant et n’en referont jamais après, mais fiers de pouvoir « cocher » le sommet du Mont Blanc dans leur liste de réalisations d’une vie. Probablement en bonne place à côté de « courir le marathon de Paris » ou « finir l’UTMB ».

P1140453

DSC09626

DSC09631

Arrivés à Vallot, nous faisons une pause. Puis nous reprenons la descente vers l’Aiguille du Gouter. Les vues sur l’Aiguille de Bionnassay sont saisissantes.

P1140462

P1140464

P1140470

DSC09649

Nous commençons à réaliser qu’il ne faut peut-être pas traîner si on veut éviter de descendre à pieds jusqu’à Chamonix. Sans avoir encore l’info sur le dernier train, nous décidons de presser un peu le pas et de ne pas faire d’arrêt au Refuge du Goûter. On attaque donc directement la descente sur la voie normale, qui est finalement assez longue. Le parcours suit une vague arête en rocher un peu merdique jusqu’à la traversée du Grand Couloir. Le passage se fait sans problèmes aujourd’hui, et les pierres ne sont pas nombreuses à descendre.

DSC09659

DSC09660

DSC09662

DSC09665

Yoann commence à être dans le dur, il reste pourtant plus de 1000m à descendre sans traîner pour attraper le train de 16h40. Passé cette heure, il faudra se farcir 1200m supplémentaires, et à ce stade cette perspective ne réjouit personne. Patrick nous fait des calculs mentaux sur la vitesse verticale moyenne et la projection de notre heure d’arrivée, mais nous savons que ça va être chaud-chaud.

A Tête Rousse je pars devant, espérant arriver à temps et peut-être demander au train d’attendre ? Mais en réalité, pas d’attente possible, et le dilemme est plutôt de savoir si je descends en train tout seul, ou si je choisis volontairement le voyage à pieds par solidarité avec les retardataires.

DSC09671

DSC09674

DSC09677

J’arrive à 16h30, à temps pour acheter un billet. Olivier arrive alors que tout le monde embarque dans le train. Patrick finit par arriver, et nous commençons à nous organiser pour qu’il descende à pieds avec Yoann, qui n’est toujours pas là. A force de négociations et surtout à cause du retard des employés du Nid d’Aigle, le train a finalement du retard. Yoann arrive finalement et s’écroule littéralement dans le wagon, à bout de forces.

DSC09678

IMG_0809

IMG_0810

Nous sommes tous là, personne ne finira à pieds, c’est une fin de journée sur les chapeaux de roues !

Traversée Orientale des Aiguilles de l'Argentière

Nous avions déjà traversé la partie Occidentale de ces Aiguilles, dans un sens O-E jusqu’au Col Dulong-De Rosnay en 2017, à l’occasion d’une belle sortie de Juin.

Cette fois, c’est la partie restante – la traversée Orientale, dans le sens inverse, aboutissant donc également au même Col. Et c’est encore en Juin. Et il fait chaud comme il y a 3 ans.

Heureusement pour nous, il reste pas mal de neige à l’approche comme à la descente. Après avoir bien transpiré dans la montée au Col de la Combe, nous attaquons par une belle pente de neige redressée, donnant accès à l’arête.

IMG_0941

DSC09387

DSC09393

DSC09394

Et de là, le premier sommet : Aiguille Joseph Gaillard.

DSC09397

DSC09401

DSC09407

La traverse se poursuit, entrecoupée de rappels, vers l’Aiguille d’Olle, sommet principal. Olivier étant un peu à la peine aujourd'hui, nous adaptons le rythme au plus lent de la cordée. Je supervise aussi ses manips aux rappels, car il n'est pas vraiment dans son assiette et perd un peu sa lucidité par moments.

IMG_0946

DSC09420

DSC09425

Enfin, la dernière partie nous fait remonter la belle arête de l’Aiguille Saint-Phalle, alors que la brume monte et que l’orage se gonfle un peu plus loin.

DSC09428

DSC09429

IMG_0954

IMG_0955

DSC09434

DSC09435

IMG_0966

Prenant pied au Col Dulong-De Rosnay, le glacier de l’Argentière est juste là. Et il est bien fermé, et bien enneigé.

IMG_0967

DSC09470

IMG_0974

On ne dirait pas en regardant de ce côté, mais l’orage arrive juste derrière.

DSC09491

Et il éclatera juste au moment où nous atteindrons la voiture.

IMG_0975

Encore un beau parcours typique de Belledonne.

Pointe de Labby

Il y avait longtemps qu’on n’avait pas fait de montagne avec Rémy ! Malheureusement, Marie ne pourra pas être des nôtres, nous ne serons que 3 avec Emmanuelle.

Le beau temps étant enfin plus ou moins revenu après une quinzaine de Juin particulièrement pourrie (déconfinement oblige), nous optons pour la Vanoise et la Pointe de Labby. Arête du Soleil ou pas, nous verrons sur place. Il reste encore énormément de neige sur la montagne à partir de 3000m, un enneigement typique du mois de Mai – nous sommes pourtant bien avancés dans le mois Juin.

Montée au Refuge de la Dent Parrachée vite avalée depuis le Plan d’Amont, nous arrivons dans ce nouveau bâtiment tout récemment rénové – super agréable, avec des gens particulièrement sympas, dont une petite équipe de jeunes des équipes de France de ski-alpinisme, trail et ski alpin.

IMG_0925

IMG_0929

Quelques discussions avec d’autres grimpeurs nous apprennent que le sommet de la Pointe leur a été inaccessible aujourd’hui, trop de neige, le mixte était trop engagé pour eux.

Le départ est matinal, avec un réveil à 3h30 pour une montée vers le Col de Labby. La neige est vite là, et nous chaussons les crampons sur une neige bien durcie. Le vent est déjà assez fort, et il fait très froid.

DSC07868

P1140384

DSC07880

P1140386

Arrivés au Col après les dernières pentes soutenues, c’est carrément la baston avec des rafales à 70km/h de secteur Nord, autant dire que la température chute encore d’un cran.

P1140390

DSC07886

Il y a définitivement trop de vent pour tenter les arêtes du Soleil. Les prétendants à la Dent Parrachée font demi-tour juste en face, où nous voyons les volutes monter de la crête.

P1140392

DSC07888

Nous nous dirigeons vers le couloir à l’aplomb du sommet, bien enneigé il nous permettra une progression rapide et sûre. Nous arrivons alors en même temps qu’une équipe du CAF, et tout le monde se met à regarder la dernière longueur, un bon 50m de mixte très enneigé assez raide qui donne accès au sommet. Tout le monde pinaille, temporise et se regarde pour savoir qui va le tenter… On laisse Emmanuelle ici (elle n’est guère tentée par cette portion de l’ascension !), on se ré-encorde avec Rémy et feu, on grille tout le monde!

DSC07894

Il y aura bien quelques pas un peu retords, sur des plaques de neige un peu posées sur les rochers, mais rien de dramatique. Sommet quelques minutes plus tard, après une fin d’ascension un peu pimentée – ce qui est quand même bien agréable.

P1140391

La descente sera sans histoire mais avec toujours autant de vent glacial.

P1140400

Arrêt omelette au refuge (c’est traditionnel avec Rémy), puis descente encore dans les rafales.

Mazette, que ça fait du bien!

Déconfinement

Ayant retrouvé la liberté depuis le 11 Mai, nous sommes instantanément passés à la dernière phase du déconfinement (celle qui consiste à vivre comme avant!), avec de belles sorties en vélo, plusieurs week-ends de montagne et quelques belles randos.

Cette période de privation des libertés fondamentales (dont celle d’aller et venir dans l’espace public) est enfin terminée. Etre contraints de rester à la maison a eu de bons côtés – je n’ai jamais autant couru, même dans les saisons les plus intenses, ni autant fait de musique - mais franchement, cette attestation grotesque me sortait par les yeux.

Il y aurait beaucoup à dire sur la gestion de cette crise, les décisions, les orientations stratégiques, le protocole de l’Education Nationale, les préfets, les mairies, les profs… Finalement, nous parents en télétravail, avons clairement eu l’impression d’être les dindons de la farce, à faire l’école, la cantine, le périscolaire en plus de notre boulot dans des conditions déjà dégradées. On a tout fait, tout assumé. Alors quand les mairies nous expliquent qu’elles ne peuvent pas rouvrir les écoles ou les locaux associatifs parce que c’est « trop compliqué », ça passe un peu mal. Le principe de précaution est devenu presque une religion, qui évite d’avoir à penser, à comprendre. Son exact contraire est la connaissance, la science, la compréhension. Mais ça demande un peu plus d’engagement et de moyens que de simplement prendre les décisions à l’aveugle – au cas où.

Heureusement, il a fait beau, on a retrouvé le droit de sortir en toute légalité, et on ne s’est pas privés. Les premiers jours de cette nouvelle phase ont été bien pluvieux, rendant la situation remarquablement ironique, après 2 mois de confinement au soleil. Qu’importe, entre Vercors, Chartreuse et Ecrins, nous avons bien profité.

P1140321

P1140269

IMG_0764

P1140277

P1140348

P1140358

page 1 sur 71 suivante »