RAS

Rien à Signaler.

La quarantaine se poursuit, enfants à l'école à la maison, télétravail, cantine scolaire, musique, course à pieds locale, whatsappéros. Le soleil est présent depuis 1 bon mois, et les températures sont très largement au-dessus des normales de saison. Mais y'a-t-il encore seulement des normales de saison?

La "deuxième vague" que tout le monde craint et qui nous percutera de plein fouet ne sera pas due à un virus, mais bien celle du changement climatique, et le bilan humain mondial sera d'une toute autre ampleur. Les sols sont déjà en déficit hydrique à mi-avril, et il n'a pas plu depuis plus de 30 jours. La végétation est en avance d'un bon mois.

En attendant cette fin du monde-là, on s'occupe comme on peut à la maison: bivouac dans le jardin, œnologie, musique.

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Mon bureau, avec vue sur la partie Nord des Ecrins.

Sans titre

La Réunion

Une île pour les amoureux de la pleine nature ! De taille relativement réduite, elle a tout : des grands sommets, de vastes paysages incroyables non modifiés par l’homme, des plages à lagon avec coraux et poissons tropicaux, des rivières à cascades et bassins, des curiosités géologiques et naturelles, et un patrimoine historique très riche.

On y trouve également tous les climats imaginables, et donc tous les biotopes : le climat chaud et sec dans la savane de l’ouest, les prairies d’alpage, la forêt tropicale humide, la lande d’altitude et les paysages montagneux minéraux d’altitude. L’île possède à peu près tous les records mondiaux de pluviométrie, et on y passe sans transition de l’averse tropicale au soleil brûlant, en l’espace de 5km. Bref, on ne s’ennuie pas.

Le Piton de la Fournaise est considéré comme l’un des volcans les plus actifs du monde. Plusieurs fois par an, des éruptions ont lieu dans la caldeira, générant des coulées qui vont parfois jusqu’à la mer, à l’Est de l’île.

C’est une expérience vraiment fascinante que d’emprunter la route du Volcan au petit matin, traverser tour à tour les alpages de la Plaine des Caffres, une forêt de conifères, la lande rase au bord de l’immense Ravine des Remparts, puis le désert de la Plaine des Sables, pour finalement aboutir au bord de l’Enclos Fouqué, dernière barrière au-delà de laquelle il n’y a plus que de la lave. On aperçoit alors le grand dôme du cratère Dolomieu, culminant à plus de 2600m d’altitude.

Photo IMG_9717

P1130920

L’Enclos Fouqué fait près de 10km de diamètre. On y accède par un chemin qui se faufile dans la montagne à partir du Pas de Bellecombe. On descend ainsi dans l’enclos pour prendre pied sur la lave solidifiée et les scories, roches volcaniques abrasives qui rabotent les chaussures. P1130955 A perte de vue, que de la lave dans différentes teintes de noir et gris anthracite : dômes, coulées plus récentes et donc plus sombres, amas de roches qui se confondent avec les nuages jusqu’à l’Océan.

Le parcours pour atteindre le sommet du cratère Dolomieu est balisé dans l’Enclos par des points de peinture blanche, tous les 2m environ. Par temps de brouillard, il est absolument impossible de se repérer dans cet endroit. Une touriste a récemment erré 3 jours avant d’être récupérée par les secours.

IMG_9722

Le sentier balisé est régulièrement retracé par l’ONF, évitant les coulées les plus récentes, la lave non encore refroidie ou stabilisée, et serpente ainsi jusqu’au sommet du Dolomieu, où s’ouvre un cratère de plus de 350m de profondeur. Sa physionomie a changé radicalement en 2007, lorsque tout le cratère et son plancher se sont massivement effondrés lors d’une éruption majeure. Le parcours et le point culminant sont d’ailleurs bien différents de lors de mon passage en 1998 : le cratère était moins profond et on l’approchait par son flanc Sud-Ouest. Depuis 2007, on fait le tour par le Nord pour aboutir au sommet Est, tournant dans le sens horaire.

Il faut environ 2h30 dans la caldeira et sur le cône pour aboutir au sommet, et la météo peut y être brutale. Nous essuierons d’ailleurs tour à tour un passage nuageux qui nous rincera proprement, avant d’être grillés par le soleil sur le haut du cratère et pour la descente.



Sur son flanc Est, l’île ne possède rien qu’une route qui surmonte les coulées de lave successives. Ce relief qui est finalement la fin de l’Enclos Fouqué côté Océan a quelque chose de sauvage et fascinant. La végétation pousse peu à peu sur la lave, qui envahit tout le champ de vision.

P1130998

P1140001

L’île possède aussi de multiples cours d’eau, alimentés par la pluviométrie intense. Cascades, bassins, torrents et rivières sont nombreux et plus ou moins facilement accessibles à la baignade, voire aux sauts…

P1130978

P1130981

P1130985

P1140015

IMG_9876

Les Cirques sont bien sûr des éléments importants de ce relief volcanique tourmenté, et ils ont chacun leurs propres caractéristiques et leur physionomie. Cilaos, au relief torturé, est malgré tout accueillant et le village est très sympa. Salazie regorge de cascades et accueille le village de Hell-Bourg et ses cases créoles. Mafate enfin, reculé mais finalement pas si sauvage, jouit d’une aura presque mythique de par l’éloignement de toute route des habitants – ravitaillés par hélicoptère.

IMG_9840

La rivière du Bras de la Plaine me donnera un avant-goût du terrain auquel il faut s’attendre ici, pour la course à pieds : racines mouillées, marches très hautes, sentiers très raides. Comble du dépaysement, on commence par descendre, pour ensuite remonter – et les vitesses sont parfois plus élevées en montée !

IMG_9687



Point culminant de l’île, le Piton des Neige (3070m), peut s’atteindre par plusieurs versants. C’est depuis Cilaos que je tente le coup le jour de Noël au lever du jour. Mais malgré la nuit bien étoilée à Saint-Pierre, ce sont des gouttes de pluie qui m’accueillent au village de Cilaos. Ce sera ensuite une pluie battante sur toute la montée du rempart vers le refuge Dufour, où je jette finalement l’éponge sous les rafales du Nord. Visibilité zéro, sentier inondé, pluie intense, et coureur trempé. Tant pis… le miracle de Noël n’aura pas eu lieu !

IMG_9860



Depuis le bord de la Plaine des Caffres, le hameau de Bois Court offre un belvédère fantastique sur l’Ilet Grand Bassin, niché au creux de remparts verts très hauts et très raides. Une fois de plus, le temps était plutôt beau au départ du Tampon, mais c’est très sérieusement menaçant lorsque je sors de la voiture à Bois Court. La descente se fait encore au sec, mais la pluie arrive à Grand Bassin. Je choisis de remonter par le sentier Mollaret vers Piton Bleu. Le sentier est très sauvage et encombré de ces sortes de vignes/lianes piquantes, qui auront raison de mon T-shirt. Trempé jusqu’à l’os, j’atteins le haut de la Plaine des Caffres pour retourner à la voiture sous des torrents de flotte.

IMG_9881



Les plages ne sont pas en reste dans ce beau tableau : l’Hermitage par exemple, qui offre de belles séances de snorkeling et de paddle sur le lagon, dans une ambiance très cool et une eau évidemment très chaude !

IMG_9680

La plage de Saint-Pierre, même si son cadre est plus urbain, permet de belles séances d’observation des poissons et de beaux couchers de soleil.

Parmi les belles randos sur l’île, nous avons adoré le point de vue offert par le Grand Bénare, depuis le Maïdo. Sur la crête tout du long, avec des vues fantastiques sur Mafate. Le retour par la Glacière nous a permis de faire une boucle.

P1140047



La forêt de Bélouve restera parmi nos meilleurs souvenirs. La traversée de la forêt de Bébour par la route forestière est déjà un voyage en soi, tellement on s’enfonce dans une végétation luxuriante, et loin de toute urbanisation. La traversée de la forêt de Bélouve à pieds vers le Trou de Fer est un enchantement, sur des passerelles permettant de surmonter le milieu humide du sous-bois. Et l’arrivée au Trou de Fer est une merveille absolue, si la vue est dégagée !

P1140006



Le tableau de ne serait pas complet sans évoquer les fruits – abondants à cette saison : leetchis, fruits de la passion, ananas – la bière locale (la dodo lé là) et les bons moments passés en famille, notamment lors du bivouac à Salazie. Une chose est sûre : on reviendra.

Atlanta, Georgia

Emmanuelle et moi travaillons dans deux secteurs totalement distincts et des entreprises n’ayant rien à voir entre elles, mais le hasard a fait que nous nous sommes retrouvés dans la région d’Atlanta la même semaine. En dehors des problèmes de garde d’enfants que cela a pu poser, c’était surtout une opportunité pour profiter un peu de ce déplacement sur notre temps personnel, et visiter ce coin des US.

Le plan initial – qui était axé sur les Great Smoky Mountains, fut un peu perturbé par l’annonce d’une météo particulièrement mauvaise sur le Nord de la Georgie. Il a donc fallu s’adapter, trouver un plan alternatif et opter pour le Sud pour minimiser l’impact du mauvais temps. Plus on descend vers le Golfe de Floride, plus le paysage s’aplatit, pour finir en plaine forestière et marécageuse vers la côte. Mais nous avons pu trouver des coins intéressants. Petite prise de contact avec la ville le mercredi matin, au saut du lit.

IMG_9504

IMG_9503

IMG_9509

IMG_9508

IMG_9502



Après la semaine de boulot, nous nous retrouvons le jeudi soir à Atlanta, pour profiter de la ville.

En Georgie centrale, il y a une espèce de mini-Grand Canyon, dans le Providence State Park. On peut descendre au fond du lit de ruissellement et circuler sur le bord du canyon, qui présente des couleurs incroyables.

IMG_9527

IMG_9520

P1130847

P1130865



Un petit détour par l’Alabama nous amène ensuite dans la jolie ville d’Eufaula – capitale mondiale de la production de cacahuètes ! L’architecture y est très marquée par la période esclavagiste.

Un peu plus au Nord, se trouve l’Eufaula Wildlife Refuge, où nous faisons un petit stop pour admirer la faune, facilement visible.

P1130869

P1130870

P1130873

Nous mettons ensuite le cap vers Pine Mountain, une petite chaîne de montagnes-collines boisées. Notre objectif est de passer 2 jours sur le Pine Mountain Trail, un sentier de randonnée qui parcourt la chaîne d’Est en Ouest.

Le départ se fait dans la brume le samedi matin. Ambiance automnale. Il fait assez chaud et très humide, et la pluie est annoncée pour l’après-midi. Nous pressons donc le pas.

IMG_9537

P1130874



Arrivés à notre emplacement de bivouac, nous avons juste le temps de monter la tente lorsque la pluie se met à tomber, pour 3h de précipitations intenses. Ca tombe bien, pile à l’heure de la sieste !

IMG_9542

Lorsque la pluie s’arrête, place à l’exercice - presqu’un cas d’école, d’allumage du feu de bois détrempé. De la préparation et du savoir-faire, et après quelques efforts un feu qui tiendra la soirée et nous permettra de manger chaud. Pour la petite histoire, nous n’avons pas trouvé de cartouche de gaz compatible avec le réchaud, nous sommes donc 100% dépendants du feu.

P1130876

IMG_9546

L’ambiance sera bien différente au matin, avec un froid piquant sous un ciel bien plus dégagé.

IMG_9549

Le retour sur le Trail offre des vues différentes sur la plaine de Georgie et ses grandes forêts, et sous le soleil malgré l’air frais.

IMG_9550

IMG_9551

IMG_9552 P1130878



Pour la nuit suivante, nous optons pour le site de camping au cœur du parc, au bord du lac. Malgré les étasuniens dans leurs pick-ups, le site est sympa, au milieu de la forêt au bord d’un petit lac.

P1130879

Le lendemain il fait encore plus froid, la voiture annonce 3°C au réveil.

Je pars courir la dernière section du Pine Mountain Trail que nous n’avons pas parcourue. L’allure de la course permet de voir plus d’animaux dont plusieurs daims qui s’enfuient à mon approche.



Retour vers Atlanta l’après-midi pour notre avion.

Dolomites

Sur la route des Dolomites, en van. On passera sur les innombrables pizzas exceptionnelles et glaces rafraichissantes sans long discours, voici seulement quelques moments marquants.

De Genève, passage par la vallée de Martigny, puis Col du Simplon (il faudra revenir en hiver ici, le potentiel semble immense !).

P1130433

Etape au Lago d’Orta, paisible et magnifique.

Sans titre

Route vers l’Est, en passant par Bergame, et sa vieille ville superbe.

Sans titre

Madonna di Campiglio, la station bien connue dans les Dolomites de Brenta, où nous nous posons en bivouac arrosé par un gros orage en soirée.

Sans titre

Sans titre

Sans titre

On profite du lendemain en rando autant que possible avant que ça ne se couvre.

P1130442

P1130439



Avantage de la #vanlife, on adapte le parcours aux conditions météo, et elles ont l’air plus favorables vers l’Adamello que vers Cortina, donc cap vers l’Ouest. Passage à Val di Sole et la Coupe du Monde de VTT.

Sans titre

Baignade à 8° dans le Lago d’Aviolo au terme d’une jolie randonnée.

P1130451

P1130458

Sans titre



Course à Malga Caldea en soirée, pendant que les autres prennent le soleil en vallée.

Sans titre

Sans titre



Route vers Cortina d’Ampezzo, par Bolzano (le Château de Messner et le siège de Salewa) puis entrée dans le Süd-Tyrol profond au village d’Ortisei. Etape au Passo Sella pour un petit tour panoramique sur les Torri del Sella et le Gruppo del Sassolungo.

P1130469

P1130479

P1130470

P1130478



Enfin, arrivée à Cortina re-sous un orage diluvien – qui s’arrête plie pour que l’on pose le camp.

Sans titre

Tre Cime di Lavaredo, le mythe absolu ! Un peu de monde mais comme toujours, plus on marche moins on en voit.

Sans titre

Sans titre



Petite course le soir, vers Croda da Lago.

Sans titre



Lago del Sorapiss, ultra-classique mais la plus belle. Grosse journée pour les petites jambes.

P1130545

P1130546

Sans titre

P1130552

P1130564

P1130585

P1130593

P1130596

P1130600

Sans titre

P1130602

P1130599

P1130607

P1130609



Falcade, sous le Passo San Pelegrino : un beau tour de e-VTT. C’est un peu triché, mais c’est incroyable ce qu’on peut faire avec ces machines. Même s’il faut pousser le petit dernier qui n’est pas électrifié…

Sans titre

Sans titre

Sans titre

P1130616



Lago di Garda.

Sans titre

P1130630

Passage à Cremona, cité internationale de la lutherie (Stradivarius !) et Museo del Violino.

Sans titre

Sans titre

Retour vers l’Ouest, et dernière nuit en bivouac dans le Valgrisenche.

Sans titre

Morvan Oxygene Trail 2019

J'avais du abandonner cette course au 13ème km l'année dernière, pour cause de méchante contracture persistante au mollet. La douleur s'était installée très vite.

De retour cette année, par la même météo que l'an dernier (c'est-à-dire une vilaine chaleur de Juillet, pas aidée par le départ à 16h...), je suis bien décidé à en découdre. Je pars donc comme une balle et fais la course en tête jusqu'au 3ème km, avant de me faire reprendre par le groupe de tête. Tout le groupe se perd au km 8, et a le droit à une petite boucle aller/retour dans la forêt. Quand nous récupérons le reste de la course, 25 places sont perdues. Mais de toutes façons, impossible de suivre ce rythme pour moi, il fait vraiment trop chaud. Je profite de chaque ruisseau et fontaine pour trouver de l'eau, mais les pistes forestières en plein soleil sont redoutables.
En bref, assez vite je suis dans le dur, sans aucun plaisir. Je termine en 4h, 36ème place sur 170 partants, rincé - essoré.

Voilà qui n'est pas fait pour me redonner goûts aux dossards!

précédente page 2 sur 26 suivante »