Lanzarote

C’était un peu un coup de poker ce voyage aux Canaries en famille… avec la situation sanitaire actuelle, qui s’est franchement dégradée à l’approche des fêtes partout en Europe, il était plus qu’incertain que nous puissions partir. Et pourtant, après un Noël en famille un peu anticipé, nous nous sommes retrouvés tous les 5 le 24 décembre à midi sur l’île de Lanzarote au large du Maroc. Et le contraste nous a d’emblée sauté aux yeux : paysage volcanique minéral, plages et océan, température de 25 degrés…

Nous étions logés dans le Nord de l’île, très tranquille par rapport aux stations balnéaires du Sud, et avons pu explorer l’ensemble du territoire dans la semaine. Le paysage nous a un peu dérouté au début. L’absence de végétation et les cônes volcaniques partout donnent une impression un peu austère, mais qui devient vite attachante. De grandes étendues sont très sauvages (principalement faites de coulées de lave gigantesques) et le relief de collines volcaniques donne souvent des points de vue fantastiques sur l’océan. Un paysage qui rappelle beaucoup le côté volcanique de la Réunion : la plaine des sables, l’enclos Fouqué, la route des laves.

IMG_5147

Sans titre

IMG_5001

IMG_5005

IMG_5014

IMG_5017

IMG_5047

Sans titre

IMG_5051

IMG_5067

IMG_5073

Sans titre

IMG_5081

IMG_5089

Nous avons aussi beaucoup apprécié le travail architectural de Cesar Manrique et l’intégration de ses réalisations dans l’environnement natif de l’île.

IMG_5181

IMG_5180

IMG_5040

IMG_5043

IMG_5042

IMG_5063

Et puis bien sûr, il y eu des baignades tous les jours à différents endroits de l’île, des randos sur les volcans, du surf à Famaya, de la course à pied en bord de mer, des tapas à l’infini…

Sans titre

IMG_5107

Sans titre

IMG_5115

IMG_5122

IMG_5138

IMG_5158

IMG_5165

Sans titre

IMG_5020

Floride

De retour en Floride, 3 ans après mon dernier trip ici en novembre 2018. C’est le retour des vols long-courrier, avec leurs lots de surprises dans les connexions et les changements de dernière minute. C’est aussi le retour du décalage horaire, des problèmes de sommeil… mais il fait 28°C sous le soleil de Floride, il serait malvenu de se plaindre.

Sans titre



Après les jours de boulot je me suis réservé comme souvent un peu de temps sur place : les Everglades m’avaient tellement plu la dernière fois que je prévois de redescendre dans le secteur. Malheureusement, une dépression assez pluvieuse s’y installe, je n’aurais pas autant d’opportunités de voir de la faune, et je n’aurais pas non plus les lumières incroyables sur les zones humides.

Mais le ça s’arrange ensuite et j’explore l’immense réserve nationale de Big Cypress, juste au Nord de l’Everglades National Park. Un milieu immense (la taille d’une région française…) entièrement couvert de végétation typique de cette zone marécageuse : des cyprès chauves, des arbustes et des herbes, baignant dans des canaux, des bassins et des marais. Un bayou gigantesque, peuplé de quantités incroyables d’oiseaux et d’alligators. Et bien sûr serpents, tortues et plein d’espèces d’insectes géants. D’immenses hérons bleus attendent le poisson au bord des marais.

Sans titre

Et les alligators (parfois touts petits comme ce specimen, parfois immenses) prennent le soleil.

Sans titre

2 routes parallèles traversent cette immense partie de la Floride entre Miami et Naples: le Tamiami Trail (US 41) au Sud et l’Alligator Alley (US 75) plus au Nord. Sur plus de 120km, ces 2 routes traversent d’Est en Ouest la péninsule, à travers des immensités humides sauvages. Sur ces 2 routes, il y a plusieurs points d’accès à la Wilderness, qui ne sont ni plus ni moins que des aires de repos d’autoroute, où en ouvrant une porte dans le grillage anti-faune de l’autoroute, on entre presque littéralement dans Jurassic Park par de rares sentiers souvent inondés de boue (la boucle d'ailleurs initialement prévue n'a pas été possible pour cette raison). On rentre au cœur de Big Cypress.

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre



J’avais bien aimé Naples la dernière fois, je décide donc d’y retourner. L’ambiance de la plage, où le sable blanc est si fin qu’on dirait du sucre, est très sympa. C’est une ville assez huppée, et les maisons en bord de l’océan sont hallucinantes.

Sans titre

Sans titre

Les pêcheurs sont tout au bout de la jetée, et les pélicans sont prêts à leur tirer leur prise au dernier moment.

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Eté 2021

Nous commençons nos congés d’été par un court séjour à Saint-Gervais, où la météo n’a pas permis de satisfaire nos ambitions. Pas grave, nous avons pu grimper un peu quand même. Direction le Morvan ensuite pour une fête de famille. Entre les préparatifs, un peu de vélo-rail, du rafting sur le Chalaux (again !) et même de l’équitation.

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Nous poursuivons par un trip en Crète. Que de belles choses et de beaux endroits… Une chaleur un peu difficile en début de séjour qui oblige à se lever un peu tôt, heureusement notre maison a une belle piscine, et la mer n’est pas loin non plus.

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Entre les plages et les belles tables de restaurant, il y a aussi de quoi toucher du doigt l’histoire de l’île par les visites de monastères ou de site minoens, ou encore des ports vénitiens dans les villes.

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Un matin nous laissons les gars faire la grasse matinée dont ils rêvent depuis le début du séjour et nous prenons la route du Mont Ida (ou Psiloritis), culmen de la Crète à 2456m. L’ascension démarre d’une route de bout du monde, sur un plateau désertique brouté par les chèvres. Le vent nous attrapera sur la crête finale, et rendra la progression difficile avec des rafales approchant les 100km/h. Au sommet, une petite chapelle et une grosse cloche, mais surtout une vue à 360° sur toute l’île.

Sans titre

Sans titre

Sans titre

En deuxième partie de séjour, cap sur l’extrême ouest de l’île et ses lagons, belles plages et villages typiques. Notre best restera la plage d’Elafonissi, où il est possible de trouver des criques désertes et une eau turquoise à seulement 15min de marche de la foule des transats. Beau souvenir aussi de cette crique perdue au Sud de Salafarna : déserte.

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Les gorges de Samaria étant fermées pour cause de risque d’incendie trop élevé (ça brûle fort dans les îles au Nord d’Athènes), nous nous rabattrons sur celles d’Imbros, tout aussi jolies.

Sans titre

Dernière section de notre séjour, une semaine de famille (de l’autre côté) sur le bassin d’Arcachon. Nous logeons au Pilat, superbe quartier très huppé de belles villas entre la Dune et l’entrée du bassin. Surf, paddle, plage, belles tables et même de la voile… la vie en bord de mer a aussi ses avantages, et on s’y habituerait vite !

Sans titre

Sans titre

IMG_4444

Sans titre

IMG_4446

IMG_4458

Sur la route du retour, nous faisons étape dans le Quercy, et après avoir visité Cahors, la grotte de Pech Merle (fantastique !), nous descendons dans le Gouffre de Padirac. De belles expériences.

IMG_4466

IMG_4469

IMG_4486

IMG_4488

IMG_4490

Juin 2021

Quelques instants en vrac du mois de Juin, à défaut de long récit.

Explorations sous-terraines en famille – l’occasion d’échapper à la pluie.

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Week-end d’anniversaire en Haute-Loire : un territoire que je ne connaissais pas, et dont les vastes forêts nous ont beaucoup plu.

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Une belle sortie longue sur les Hauts-Plateaux du Vercors : Pas de la Ville, Grand Veymont, Pré Peyret, Grande Cabane, retour Pas de la Ville. Quelle beauté… !

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Parti très léger et avec ce temps très chaud, l’utilisation optimale des rares points d’eau du secteur s’est avérée déterminante !



Enfin, un Mont Aiguille un peu brumeux avec François, qui goûte ici avec beaucoup d’enthousiasme à ses premières escalades hors falaise.

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Le Grand Morétan

Un grand sommet du coin, sur lequel nous ne nous étions encore pas tenus, aucun d’entre nous ! Et c’est donc une équipe de 5 qui se constitue au départ des Roches dans la vallée des Villards ce vendredi ensoleillé. Patrick et son fils Bastien, Olivier, Yoann et moi.

IMG_5111

P1570496

IMG_5116

La remontée du vallon est un peu longuette et il fait déjà chaud en versant Est : le soleil est déjà bien là, ce qui est de bon augure pour la suite et la transformation de la neige.

Vers 2500m, j’utilise mon avance pour faire un détour au Col du Gleysin, avant de revenir au fond de la combe pour récupérer le groupe et gravir les grandes pentes sous le sommet.

IMG_2986

IMG_5134

Descente très lisse au début au Sud du sommet, assez raide et rapide. La suite est plus tourmentée par les coulées récentes, mais en bonne neige transformée jusqu’en bas.

IMG_5146

IMG_5150

IMG_5191

P1570521

page 1 sur 9 suivante »