Les Carrières

Je suis habituellement peu attiré par les profondeurs et les promenades souterraines, et la spéléo me donne des sueurs froides rien que d'en écrire le mot. Mais ici c'est vaste, tout près de la maison et il y a plus d'aventure et d'exploration que de goulets ou de siphons à traverser. Idéal pour occuper une demi-journée pluvieuse avec les enfants - toujours motivés par la découverte.

On se gare au bord de la route, et il faut détecter une trace faiblement marquée dans le talus, pile à l'aplomb de l'entrée dissimulée par la végétation dans la falaise. En clair, on ne voit rien depuis le bas.

Le sentier se faufile pourtant entre les rochers et les arbustes et remonte à la gare amont d'un ancien funiculaire, qui servait à descendre les blocs de marbre extraits de la montagne entre le XVIIème et le milieu du XXème (fermeture définitive vers 1925).

Sans titre

Sans titre

A main droite, des bâtiments ruinés sont visibles, probablement des locaux techniques.

On arrive dans la carrière principale par une grande faille dans la falaise, qui donne ensuite accès aux galeries et aux salles. Les rails sont encore au sol, et certains wagonnets sont encore là.

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre Les coups de barre-à-mine sont encore visibles également au mur.

Sans titre

Sans titre

Sans titre

9 ans

4 Octobre 2007

4 octobre 2007

2 Octobre 2016

2 Octobre 2016

Pyrale du Buis

Connaissez-vous la Pyrale du Buis?

C'est une espèce de papillon nocturne envahissante, qui se nourrit exclusivement des feuilles du Buis (buxus sempervirens). Elle n'a pas vraiment de prédateur connu, et sa forme larvaire est une chenille verte de petite taille.

v

La forêt au dessus du Fontanil en est infestée depuis 2015. Auparavant garnie de beaux buis pour certains centenaires, elle est dévorée par ce papillon cette année encore.
C'est le genre d'insecte un peu pénible. Non content de dévorer les feuilles des buis de la forêt et de les transformer en squelettes moribonds, les chenilles se pendent à un fil au dessus du sentier où l'on court, pour s'accrocher à nos Tshirts. On en récolte parfois jusqu'à une cinquantaine dans la montée. Heureusement non urticante (il ne manquerait plus que ça), il faut écraser la chenille pour s'assurer qu'elle est bien morte, la chasser d'une pichenette ne suffit pas.
Une véritable saloperie, qui a l'air hélas bien implantée sur le coteau Sud de la Chartreuse.

Plus d'infos.

8 ans

4 Octobre 2007:

4 octobre 2007

4 Octobre 2015:

4 Octobre 2015

Barcelona

Quatre jours sans enfants, presque des grandes vacances! Mais il faut bien ça pour s’imprégner de l'atmosphère de la ville...

page 1 sur 5 suivante »