Juin 2021

Quelques instants en vrac du mois de Juin, à défaut de long récit.

Explorations sous-terraines en famille – l’occasion d’échapper à la pluie.

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Week-end d’anniversaire en Haute-Loire : un territoire que je ne connaissais pas, et dont les vastes forêts nous ont beaucoup plu.

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Une belle sortie longue sur les Hauts-Plateaux du Vercors : Pas de la Ville, Grand Veymont, Pré Peyret, Grande Cabane, retour Pas de la Ville. Quelle beauté… !

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Parti très léger et avec ce temps très chaud, l’utilisation optimale des rares points d’eau du secteur s’est avérée déterminante !



Enfin, un Mont Aiguille un peu brumeux avec François, qui goûte ici avec beaucoup d’enthousiasme à ses premières escalades hors falaise.

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Aiguille des Glaciers

Encore une belle classique de fin de saison, la vallée des Glaciers étant une vraie réserve à neige, et l'altitude élevée du sommet permettant du ski encore jusqu'au mois de Juin les bonnes années.
Bivouac au bout de la route avec Patrick, Olivier, Lionel et Yoann.

IMG_6515

Il ne fait pas grand beau au démarrage, les nébulosités vont et viennent en altitude.

IMG_6517

Nous aurons de beaux moments d'éclaircie sur le glacier.

IMG_6534

Il y a de la longueur pour arriver jusqu'à l'antécime, le sommet étant défendu par un bastion rocheux peu praticable à skis...

IMG_6540

IMG_6553

Le ciel va se rebâcher lors du premier tiers de la descente, nous obligeant à une descente sans visibilité, tout à l'alti et au GPS.

IMG_6580

Enfin, ça se dégage totalement sur le bas.

IMG_6604

Sur la route du retour, passage par Beaufort et son distributeur de fromage!

IMG_6638

Rocher Blanc

Le Rocher Blanc est un bon secteur pour le ski de fin de saison: l'enneigement y est souvent bon et le portage limité depuis la route. Et puis, ça reste un des points culminants de Belledonne.

Ici nous partons de Rieu Claret et la route du Glandon. 10min plus tard nous sommes sur la neige, et le regel n'est pas terrible, laissant augurer de conditions de ski bien mauvaises. Finalement, tout s'améliorera avec l'altitude et le versant N dans la Combe Madame et nous aurons du très bon ski.

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Chronique musique: West Coast Blues - Wes Montgomery (1960)

Wes Montgomery (1923 – 1968) est un guitariste de jazz américain au style reconnaissable entre tous. Le son de ses Gibson à corps creux amplifiées est moelleux et précis, avec des attaques franches et un phrasé très swing.

Wes est un autodidacte de la guitare, qu’il a appris très jeune tout seul, créant non seulement son style mais une technique propre : il utilise exclusivement son pouce, ce qui mettrait dans une colère noire le premier prof de guitare venu. Malgré ce « défaut » qui n’en est en réalité pas un, son jeu est étonnamment rapide et il joue souvent en octave lors de ses solos.

Wes fut une véritable star de son vivant, et a pu jouer avec les plus grands, dont Lionel Hampton dont on a déjà parlé sur cette page. Le morceau dont nous allons parler ici date de 1960.
Il est intitulé « West Coast Blues », et c'est une composition de Wes Montgomery, qui est ici accompagné de Percy Heath à la basse, Albert « Toothie » Heath aux percussions, et Tommy Flanagan au piano dans son enregistrement original.

Comme son nom l’indique, c’est un blues, mais qui a plusieurs caractéristiques propres que nous allons détailler ici.

  • D’abord, il utilise le tempo et la rythmique de la valse, c’est-à-dire une mesure à 3 temps. C’est donc en quelques sortes une valse swinguée. Sur certaines partitions on trouve une mesure en 3/4, sur d’autres 6/4, les mesures étant groupées par 2.
  • Il est écrit en Bb, mais son mode est difficile à lire. A priori il est majeur, myxolydien. Mais il y a débat, certains accords étant substitués. En effet, on trouve dans la grille les Ab et Eb qui correspondent aux VIIème et IVème degrés de ce mode. Mais soudain, on passe en E, F, Dm, C#, F#... bref, c’est à s’y perdre. Et c’est peut-être ce qu’a voulu Wes : un thème facile à retenir, qui oscille entre les VII et IV, mais qui prend des tangentes théoriquement déconcertantes, mais finalement parfaitement enchaînées.
  • Enfin, c’est un blues dit « suédois », ce qui signifie que la grille de jeu du thème n’est pas la même que celle des solos.
Mais assez de théorie… passons à l’écoute! Concentrez-vous, et appréciez le swing impeccable des cymbales de ride, la basse bien appuyée et le son doux de la Gibson de Wes Montgomery sur ce titre qui est un des plus grands de sa carrière. Le solo de piano de Tommy Flanagan y est également superbe.

Taillefer, Croix Pinelli

Sans que je ne sache vraiment pourquoi, le Couloir Nord de la Croix Pinelli a été ma marotte de toute la saison. Alors quand nous nous sommes arrêtés sur le Taillefer après moult discussions la veille au soir, j’y ai vu un espoir secret de pouvoir le skier, si les conditions étaient réunies.

Mais pour l’instant, ce n’est pas vraiment notre objectif (ou alors il n’est pas encore avoué), et nous sommes prudents quant aux conditions de neige – la météo ayant été perturbée ces derniers temps en altitude, avec des accidents tragiques à la clé qui ont laissé des traces dans la vallée.

Remontée rapide de la Côte des Sallières, bien raide et gelée pour un démarrage à froid.

IMG_3701

Ensuite ça se calme quand on arrive sur le grand plateau de la Crête du Brouffier. On se rend alors compte que la limite pluie-neige va nous permettre de skier dans de bonnes conditions, et peut-être même le Couloir Nord.

IMG_6140

Pour éviter le Pas de la Mine, qui a mauvaise réputation, nous choisissons de remonter la partie haute du Couloir, directement sous le sommet de la Croix Pinelli. Nous suivons les traces d’un skieur devant nous.

IMG_3706

IMG_6147

Pour la suite, c’est une belle arête esthétique tantôt à pieds, tantôt à skis, jusqu’au pied du Taillefer.

IMG_6154

IMG_6155

IMG_3711

Le ciel refuse pour l’instant de se dégager, malgré les prévisions optimistes, et un vent frais souffle au sommet.

IMG_6167

IMG_6166

Nous avons repéré la facette Nord du Petit Taillefer, qui va nous permettre d’aller rejoindre le Couloir N de la Croix Pinelli jusqu’en bas, au hameau du Poursollet. Elle est rarement en bonnes conditions, mais aujourd’hui elle est particulièrement bonne et totalement en sécurité.

Le ski est bien raide, et l’impression de plonger sur la vallée est accentuée par le bombé de départ : on skie sans voir la suite et ce qui nous attend en dessous.

IMG_6174

Aucun problème pourtant et après de beaux virages sautés dans un bon 45° bien tapé, nous arrivons au replat qui précède l’entrée du Couloir N.

Ensuite, bah… c’est tout droit. Et là encore, super conditions pour un parcours intégral du couloir jusqu’à la route. Habituellement, l’enneigement difficile du bas fait que l’on s’échappe sur la droite pour une séance de ski forestier, dans les boules et les vernes. Aujourd’hui rien de tout cela, ça skie tout droit jusqu’en bas.

IMG_6181

IMG_6185

IMG_3723

IMG_6200

Arrivés au Poursollet nous soudoyons un automobiliste de nous faire une manip de voiture, qui nous évitera le retour fastidieux sur la route.

IMG_3729

Super sortie de bout en bout !

précédente page 2 sur 78 suivante »